Ville d'Uzès




Le slam dans la ville, à découvrir pour le printemps des poètes

Jeudi 15 Mars 2012



L'office municipal de la culture d'Uzès organise une joute de slams avec les élèves du lycée Gide, leurs professeurs et l'association Lâche les mots, intervenante dans la mise en mots des déclamations poétiques
L'office municipal de la culture d'Uzès organise une joute de slams avec les élèves du lycée Gide, leurs professeurs et l'association Lâche les mots, intervenante dans la mise en mots des déclamations poétiques
Une journée sur la poésie, le slam exactement, ce serait pas mal à Uzès ! L'idée germe dans la tête de Jean-Louis Bouvard, administrateur de l'Office de tourisme qui la soumet à l'Office municipal de la culture d'Uzès. Ce dernier s'en empare. Son président, Gérard Hampartzoumian, enthousiaste de cette initiative la soutient. Il en avait lui-même l'idée. Nicole Durand-Depaire, responsable du service éducatif recherche alors les partenaires. Les élèves de deux classes de seconde du lycée Charles Gide d'Uzès se lancent dans l'aventure du slam grâce à leurs professeurs de lettres Monique Castillo et Sarah Doolaeghe. C'est un concours de déclamations de textes poétiques qui s'annonce. Né d'une idée du poète américain Marc Smith en 1986, dans le but de rendre les poèmes moins élitistes et plus accessibles, la discipline repose sur le talent d'orateur, et tend parfois vers le sketch humoristique.


L'écriture fait alors son entrée
L'écriture fait alors son entrée
Pour l'un des professeurs, Monique Castillo, il s'agissait "de faire une rupture avec la poésie. Cette vision courte qu'ils en ont. Il fallait s'y prendre autrement par association, collectivement ou en petit groupe. L'élève devait prendre de la distance pour qu'il se sente capable de produire un texte à sa mesure, autre chose que du Paul Valéry." Cette expérience est révélatrice pour certains. Grâce à Chantal Enoq, intervenante-professionnelle de l'association Lâche les mots, les élèves ont pu en six séances depuis janvier explorer et déployer cette technique d'écriture et d'expression orale.


La classe de seconde du Lycée Charles Gide en préparation du Printemps des poètes 2012 à Uzès
La classe de seconde du Lycée Charles Gide en préparation du Printemps des poètes 2012 à Uzès
Une certaine retenue, comme une appréhension a précédé l'inspiration. L'écriture fait alors son entrée. Pour Fanny, le slam représente "une manière d'écrire sans barrière avec davantage de liberté". Pour Anaïs, cet effort est constructif et porteur de sens dans la mesure où "il est compliqué d'écrire mais cet exercice est une aide pour tous les jours pour apprendre à s'exprimer pour le bac, plus tard en public". Pour une autre élève, la crainte de l'artiste se fait sentir "savoir que l'on va le dire, c'est difficile, on a le traque". Des temps de préparation à la déclamation des poèmes sont prévus. Chantal Enoq conclue "l'expression de la sensibilité, la poésie du sensible... Arriver à entendre les textes, c'est la magie". A découvrir pour le 14e Printemps des poètes. Cette initiative, entièrement financée par l'office municipal de la culture, participe à l'enrichissement culturel des élèves et à leurs épanouissements.

Rendez-vous mardi 20 mars 2012 de 15h30 à 17h30, salon Racine, à l'Hôtel de Ville d'Uzès pour découvrir la mise en bouche des poèmes écrits par les lycéens de Charles Gide. Joute de slams ouverte à tous les publics. Entrée libre.

Le slam dans la ville, à découvrir pour le printemps des poètes










L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31