Ville d'Uzès





Trufficulture : comment relancer la production de la truffe ?

Mercredi 13 Novembre 2013

Rencontre avec Jean Demerson d'Uzès, conseiller scientifique des producteurs de truffes du Gard.
Propos recueillis par Jacques Roux.



Jean Demerson, conseiller scientifique des producteurs de truffes du Gard
Jean Demerson, conseiller scientifique des producteurs de truffes du Gard
Jacques Roux : Alors que viennent de se terminer les journées de la trufficulture du Pont du Gard, vous soulevez une question qui ne fait pas l'unanimité : récolter des truffes ou produire du thalle?
Jean Demerson : Effectivement ! Dans les années 70, pour remédier à la diminution constante des récoltes de truffes, l'INRA a mis au point les plants truffiers mycorhizés qui améliorent le pourcentage d'arbres producteurs. Plusieurs millions ont été plantés mais la production ne décolle pas. On a attribué cette faible production à des raisons climatiques et certains ont même accusé le réchauffement climatique. Mais l'une des causes n'a jamais été envisagée, c'est la multiplication végétative du champignon qui ne produit que du thalle aux dépens de sa production sexuée, la seule à produire des truffes.

JR - Comment les champignons assurent-ils leur pérennité?
JD - De deux façons, la multiplication végétative qui consiste en une ramification et la reproduction sexuée qui nécessite la rencontre de noyaux de type sexuel opposé. La multiplication végétative est la voie normale qui peut s'accompagner d'une dégénérescence qui fait abandonner l'idée que plus il y a de mycorhises, plus il y a de truffes.

JR - Peut-on freiner la multiplication végétative et favoriser la reproduction sexuée?
JD - On ignore quels sont les facteurs qui amènent le champignon à privilégier une voie ou l'autre. Dans le monde trufficole, on cite souvent « la vieille lune de mars » comme une période clé pour les travaux dans la truffière. La pratique des anciens conforte cette hypothèse. Mais tant que le cycle du champignon est ignoré, on ne peut rien faire.

JR - Quelle est la durée de vie de la truffière?
JD - Autrefois, on estimait à une vingtaine d'années la période de bonne production d'une truffière. De nos jours, les caveurs s'accordent pour un durée de vie qui ne dépasse guère une douzaine d'années. On peut admettre qu'au bout d'un certain temps, l'espace est colonisé par le mycélium truffier et que le champignon n'a plus besoin de produire des spores pour assurer sa pérennité. Le plant mycorhizé au départ favorise cette colonisation.

JR - Vous préconisez donc de revenir au semis de glands de naguère?
JD - Certainement pas, car les plants contrôlés apportent des avantages, mais il faut trouver le moyen de limiter dans les truffières la prolifération du thalle pour laisser plus de chance aux organes de production sexuée : les truffes.











L M M J V S D
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31