Ville d'Uzès





Le centre de développement chorégraphique d'Uzès investit la ville

Mardi 21 Juin 2011

A découvrir, le festival Uzès Danse jusqu'à demain soir, l'installation flashcodes sur la promenade Racine et bientôt le centre de développement chorégraphique d'Uzès danse, implanté dans le pavillon "le mistral" du Mas Carreiron qui proposera "un lieu qui réfléchit avec les artistes", ouvert à tous.



Christian Bourquin, le président de la région Languedoc Roussillon et Jean-Luc Chapon, maire d'Uzès découvrent l'installation du scénographe et plasticien français, Simon Siegmann
Christian Bourquin, le président de la région Languedoc Roussillon et Jean-Luc Chapon, maire d'Uzès découvrent l'installation du scénographe et plasticien français, Simon Siegmann
Uzès danse, le festival est à découvrir jusqu'à demain, mercredi 22 juin, tard dans la nuit. Les pièces et performances des artistes invitent à côtoyer l'univers de la danse contemporaine, à découvrir un dialogue entre artistes et public, à prénétrer la magie du spectacle dans des lieux historiques empreints de mémoire. Promenade Racine, l'"installation flashcodes" du scénographe et plasticien français, Simon Siegmann étonne et détonne. Elle retrace les seize ans du festival Uzès Danse. Cet objet artistique est le fruit d'une idée du centre de développement chorégraphique d'Uzès, financée entièrement par la région Languedoc-Roussillon. Christian Bourquin, le président du conseil régional est venu l'inaugurer, hier, en présence des élus locaux, dont Jean-Luc Chapon, le maire d'Uzès, des acteurs culturels de la ville et de la région et les artistes. Les nouvelles technologies offrent aujourd'hui une diffusion plus large de l'information, instantanée et innovante. Chacun est invité à déambuler dans le labyrinthe et à découvrir à l'aide des flashcodes sur l'application du smartphone, les repères rectangulaires, une exposition virtuelle sur les origines du centre de développement chorégraphique Uzès danse.

Liliane Schaus, sa directrice et son équipe oeuvrent depuis des années pour la démocratisation de la chorégraphie par la danse contemporaine. Après l'obtention de la labellisation par le ministère de la Culture et de la Communication en 2010 des huit structures existantes du même type en France fonctionnant en réseau, un lieu de travail s'imposait à la structure uzétienne. En 2013, le centre hospitalier, le mas Careiron, hébergera cet espace culturel et artistique pour ouvrir l'art à tous et pour tous. La directrice du CDC Uzès danse le définit comme "un lieu de vie pour les artistes, un laboratoire, pour les artistes présents, les patients qui passent, les habitants d'Uzès pour qu'ils puissent y aller sur des temps prévus pour les rencontres." Les artistes auront toute leur place avec l'aménagement d'un studio, lieu équipé à l'identique d'une scène sans le public, les sept chambres pour les héberger. "Ce sera un endroit de pensées où des théoriciens, dramaturges, philosophes viendront penser avec nous" ajoute-t-elle. L'investissement est de 2,3 millions d'euros. L'Etat, par le biais de la direction régionale des affaires culturelles et la région LR devraient s'engager aux côtés d'autres partenaires qui en ont la compétence.

>> Lire l'article précédent : Festival Uzès danse, une édition 2011 placée sous le signe du compagnonnage. Cliquez ici.

Installation flashcodes, promenade Racine
Installation flashcodes, promenade Racine
Lorsque le moderne côtoie l'ancien, en parfaite harmonie.
En septembre 2010, la région Languedoc-Roussillon a invité les structures culturelles du territoire à s’approprier la technologie des flashcodes. Les flashcodes sont des codes barre que l’on scanne au moyen d’un téléphone mobile (équipé de l’application dédiée) afin d’accéder à du contenu multimédia.

Uzès danse a proposé au scénographe Simon Siegmann d’imaginer un objet artistique qui permettrait de tester et d’interroger les usages de cette nouvelle technologie. Il a conçu un labyrinthe de huit mètres sur huit, sur les parois duquel une succession de flashcodes imprimés joue le rôle d’un fil d’Ariane. Certains indiquent effectivement le chemin vers la sortie quand d’autres invitent les visiteurs de se perdre dans la mémoire du festival ou bien de découvrir des vidéos et documents proposés par les artistes de la programmation 2011.

>> A découvrir : promenade Racine, juqu'au 22 juin jusqu'à 21h.

Le scénographe et plasticien français Simon Siegmann vit et travaille à Bruxelles, où il a étudié les arts plastiques. Depuis 2001, il crée des pièces personnelles, issues de ses recherches croisées entre les arts plastiques et les arts vivants, dans lesquelles ses sculptures-scénographies deviennent des espaces d’intervention pour d’autres artistes. De janvier 2008 à janvier 2010, il est artiste associé à la Maison du spectacle La Bellone.











L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31