Ville d'Uzès




Intempéries à Uzès : une cellule de crise face à l'urgence

Samedi 11 Octobre 2014

Très tôt dans la matinée du vendredi 10 octobre le maire d'Uzès, Jean-Luc Chapon, et ses services ont pris la mesure de la catastrophe et des risques liés aux pluies diluviennes qui avaient commencé à s'abattre sur la ville et les environs durant la nuit. Retour sur un vendredi noir...



Fermeture des écoles, appel à éviter les déplacements : une décision de bon sens et d'anticipation relayée par les médias


Dès les premières heures de la matinée de vendredi, face à l'importance des précipitations qui continuaient de s'abattre sur la région d'Uzès, le maire a décidé la fermeture de tous les établissements scolaires de la ville afin d'assurer la sécurité des enfants. Il a aussi appelé la population à éviter tout déplacement, notamment en voiture, en raison des nombreuses bouches d'égout ayant sauté sous la pression et des plaques de goudron emportées par les eaux rendant la circulation dangereuse et les routes impraticables. 

Bien relayée par les médias nationaux et régionaux, télévisions et radios (BFM TV, LCI, France 2, France 3, la radio France Bleu Gard Lozère...), l'information passée en boucle toute la matinée n'a malheureusement pas empêché un certain nombre d'automobilistes de se retrouver pris au piège dans leur voiture, jetés au fossé ou engloutis par la montée des eaux, aux abords d'Uzès et sur les routes alentour. Pris en charge par les pompiers, venus en renfort de tout le département, parfois hélitreuillés, ils ont été accueillis à la salle polyvalente, cour de l'ancien évêché, transformée en centre de secours d'urgence. 

Les lycéens internes de Gide, Guynemer et du Grand Mas sont restés bloqués dans leurs établissements. La situation du Grand Mas était la plus problématique puisque les bâtiments étaient inaccessibles par la route et l'électricité coupée. Un grand merci à l'école Sainte-Anne qui a permis de leur livrer plus de 100 repas au fil de la journée. Ils ont dormi sur place afin de ne pas saturer la capacité d'hébergement du centre de secours, alors que le département était placé en vigilance rouge pour le reste de la journée et la nuit.

Près de 3 000 personnes étaient attendues à la finale d'endurance des jeunes chevaux aux haras d'Uzès. La manifestation a été annulée et beaucoup se sont retrouvées dans des conditions difficiles, ne pouvant rentrer chez elles en raison des intempéries.




Routes coupées, quartiers inondés : tous les services de la Ville sur le pont pour répondre aux appels d'urgence et réparer les dégâts occasionnés par l'eau.


Toute la matinée de vendredi les routes d'accès ont été coupées, faisant d'Uzès une ville morte. Peu de commerces ont ouvert, même si en centre-ville la situation était quasi normale -tout au plus quelques petites fuites et inondations. 

Les services techniques municipaux étaient sur le pont pour évaluer les dégâts et parer au plus pressé. Ils ont travaillé d'arrache-pied toute la journée, coordonnés par Christian Simonetto, directeur général des services, et Valérie Maraval, directrice des services techniques, en collaboration avec les pompiers.

La zone la plus touchée se situe au Pont des Charrettes, où l'Alzon est sorti de son lit, ravageant la vallée de l'Eure, inondant les quartiers alentour, notamment Carrignargues, et laissant place à un paysage de désolation -arbres arrachés, routes éventrées, murs écroulés, maisons et bâtiments inondés, où la boue recouvre tout une fois l'eau retirée.
A la mairie, certains personnels de différents services se sont relayés spontanément sans discontinuer à l'accueil jusqu'à 22 h 00, et sont revenus samedi toute la journée pour assurer une permanence et répondre aux nombreux coups de fil d'habitants en détresse. 


Les dégâts causés par les pluies en images




La cellule de crise au travail même à l'heure du repas
La cellule de crise au travail même à l'heure du repas

Au coeur de la cellule de crise


Mise en place dès vendredi matin, une cellule de crise a permis d'anticiper et de gérer la situation tant sur le plan de l'accueil que de la logistique et des interventions sur le terrain. Y participaient  M. Simonetto et Mme Maraval pour les services,  Marie-Françoise Valmalle, adjointe et cadre hospitalier, qui a permis de faire le lien avec l'hôpital général, des bénévoles, élus et employés municipaux, ainsi que des pompiers et des secouristes. 

La Croix-Rouge, mobilisée dès les premiers incidents, a assuré une présence permanente au niveau de la cellule de de crise et sur le centre de secours, grâce aux bénévoles de la section d'Uzès et du département.

Un hébergement d'urgence a été installé dans la salle polyvalente, avec des lits de camp et du matériel médical en cas d'intervention. En fin de journée, en prévision d'une aggravation de la situation en raison de l'alerte rouge, une cinquantaine de pompiers et une vingtaine de secouristes de la Croix-Rouge sont restés sur place, avec de nombreux camions et véhicules de secours. 

L'hôpital général, sous la houlette de son Directeur, M. Denis Bruguier, a nourri pompiers, secouristes et personnes accidentées ou évacuées de leur domicile, il a également hébergé pour la nuit les rescapés qui ne savaient où dormir, mettant des lits à disposition. Le Prieuré du Christ Roi s'est également tenu prêt à accueillir d'éventuels sinistrés, offrant une soixantaine de lits. Un grand merci à ces deux institutions qui ont donné tout leur sens au mot solidarité. Grâce à cette même solidarité chez nos concitoyens, beaucoup ont trouvé refuge chez des particuliers, amis ou simples bénévoles. 

Merci à la société Cristaline, qui nous a spontanément livré un semi-remorque de bouteilles d'eau, en prévision de l'accueil d'urgence et d'éventuels problèmes de potabilité.

Merci également aux élus et personnels municipaux qui se sont fait connaître spontanément et ont répondu présent jour et nuit pour apporter leur aide à la population et participer à la cellule de crise.

Les journalistes sont restés présents jusque tard dans la nuit. LCI a même réalisé un direct avec le maire d'Uzès dans la cour de l'ancien évêché, afin de faire le point sur la situation. Samedi, l'heure était au bilan, et les équipes télé sont retournées filmer les zones sinistrée auxquelles elles n'avaient pu avoir accès la veille.





Centre de secours d'urgence à l'Evêché

Fin de l'alerte


L'alerte orange est levée sur le Gard ce matin, lundi 13 octobre  L'accalmie continue. Attention des orages sont encore prévus en cours de journée lundi 13 octobre.
 
Attention, tous les lycées, collèges, écoles et crèches seront fermés lundi sur Uzès et sur Saint-Quentin la Poterie. 











L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30